...........................................................................................................................................

« FICTION SOUTERRAINE »
...........................................................................................................................................

BASTIC
...........................................................................................................................................

Bastic, 2015, tapis Shaggy Gåser tondu, poils hauts fibres 70 mm, 170 x 240 cm, photo 2: © Hervé Beurel, 2015.

La pièce Bastic est, à l’instar des autres pièces de l’exposition «Fiction souterraine», un jeu d’extraction de matière. Elle est une liaison graphique sonore mais silencieuse avec les autres pièces de l’exposition, le son visuel par lequel tout a commencé, l’onomatopée accompagnant la formation des premiers éléments vivants et géologiques (le «BOOM» du bigbang). Bastic joue de sa propre composition hirsute, dite «Shaggy» en anglais qui est le nom donné à ce genre de tapis ébouriffé. L’association du mot en réserve «BOOM» et de son titre aiguille vers une référence sonore à un chanteur de reggae (Shaggy de son vrai nom, Orville Richard Burrell) devenu populaire dans le milieu des années 1990 avec son tube Boombastic. Le matériau de la pièce évoquant l’animal, l’expression «Faire l’amour sur une peau de bête» pourrait être un clin d’œil plus léger que la signification sexuelle du verbe anglais «To Shag» composant le nom de Shaggy. Enfin, la composition typographique du mot tondu fait écho à celle présente sur plusieurs albums du chanteur.
...........................................................................................................................................